jeudi, décembre 21, 2006

Quel imposteur!!!


Le calendrier indique que c'est le premier jour de l'hiver. On a eu du soleil, du vent et un froid tout relatif. J'ai fais 3 lessives... qui m'ont bien occupées mais j'ai eu le temps d'aller en ville et de rentrer vite fait pour terminer les lessives.

Un classement dans les papiers et factures, arf... et il était déjà temps de démarrer mon film du jeudi soir!

Appelez-moi Kubrick avec John Malkovich.

Pendant des mois, Alan Conway, un parfait inconnu, s'est fait passer pour l'un des plus grands réalisateurs de tous les temps, Stanley Kubrick. Conway ne connaissait rien du cinéaste ni de ses films, mais cela ne l'a pas empêché d'user et d'abuser de la crédulité de ceux qui pensaient approcher le réalisateur aussi mythique que discret. Hilarante, pathétique, incroyable et pourtant authentique, voici la fascinante fable de l'imposteur, du génie et de la célébrité...


J'avoue que je n'avais pas exploré à fond l'histoire du film avant. On se retrouve en Angleterre et c'est très British comme décor et décorum. La musique des films de Kubrick est omniprésente. Ce faussaire est magistralement joué par Malkovich, on découvre un univers totalement déjanté et homosexuel.

On le voit arnaquer tout plein de gens à qui il fait miroiter la possibilité de jouer un rôle dans ses films. Que ce soit en tant que costumier, de musicien, peu importe!

À un chanteur; il promet Las Vegas!

Il en profite pour passer un bon moment à ses frais à l'hôtel.


Au début du film, j'ignorais que c'était une histoire vraie. On dira que ça ne change pas grand chose quoiqu'il y a des petits détails qui m'ont agacée. Normalement Malchovich m'aspire dans une spirale envoûtante et ce coup-ci: c'était moins envoûtant on dira.

Je suis bien contente de l'avoir vu ce film mais j'aurais pu aussi bien passer à côté que ça n'aurait pas changé grand chose à ma vie.

Ce qui a de bien: les musiques et chansons originales sont de Bryan Adam, chanteur Canadien.

2 commentaires:

Tangerine du Québec a dit…

Je trouve tellement que cet acteur a une drôle de binette :D

Beo a dit…

Tangerine * Oui, et dans ce film encore plus car il fait un escroc, menteur, alcoolique, gai: ça m'a un peu dérangée j'avoue.