samedi, avril 21, 2007

Futilité ou sujet crucial?

C'est relatif mais pour avoir vécu la peur des Limbes... je dirai pour ma part que c'est une avancée cruciale au sein de l'Eglise catholique romaine.

Tout nouveau-né, enfant mort-né ou poupon non baptisé aboutissait inévitablement dans les Limbes. Espace/temps feutré et nébuleux entre le Ciel et l'Enfer! Ce concept des plus abstrait a vraiment ponctué ma vie de Catholique. J'ai eu deux enfants et ils ont été baptisés au plus près de leur jour de naissance. Par tradition et par conviction.

Conviction de la réalité des Limbes? Pas vraiment en fait mais bon: conviction du baptême oui alors... pourquoi en reporter la date?

Je n'ai qu'un neveu par alliance par ici et il a été baptisé alors qu'il avait déjà plus d'un an. Je me suis dit que c'était la tradition ici. De toutes manières: j'étais la seule dans toute l'assemblée à savoir chanter les chants utilisés, pour ceux que je connaissaient.

Bref: le scoop nous vient directement du Vatican!

Le Vatican ouvre aux bébés les portes du paradis

Agence France-Presse

Cité du Vatican

Les théologiens du Vatican sont convenus après des mois de travaux que les limbes n'existent pas et que les petits enfants morts sans baptême vont directement au paradis, mettant fin à une tradition multiséculaire qui a tourmenté des générations de mères.

Dans un document adopté avec l'accord du pape Benoît XVI, la commission théologique internationale du Vatican a conclu qu'il existe «des bases théologiques et liturgiques sérieuses pour espérer que lorsqu'ils meurent, les bébés non baptisés sont sauvés».

L'idée des limbes reflète «une vision trop restrictive du salut», ont-ils tranché.

Ces avis autorisé prend le contre-pied de plusieurs siècles de croyance sur l'existence des limbes («bordure» en latin), un lieu situé entre l'enfer et le paradis où avaient été relégués les bébés morts non baptisés.

Le document de la commission, dont quelques extraits en anglais ont été publiés samedi sur le site de l'agence américaine Catholic News Service (CNS) n'a pas encore été diffusé in-extenso par le Vatican, mais il est prêt depuis plusieurs semaines, a précisé à l'AFP un de ses membres, l'archevêque de Dijon (France) Roland Minnerath.


Dieu est miséricordieux et «veut que tous les enfants soient sauvés», ont estimé les théologiens, réunis sous la présidence du préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, l'Américain William John Levada.

Ils ont cependant souligné que leur avis se fonde «sur une pieuse espérance» plus que sur «une certitude avérée».

En 1984, le cardinal Joseph Ratzinger, devenu pape Benoît XVI, s'était déjà déclaré partisan «à titre personnel» de l'abandon de «l'hypothèse» de l'existence des limbes.

Celle-ci s'est ébauchée au Vème siècle, quand saint Augustin avait tenté de répondre à la quadrature du cercle: puisque l'âme des petits enfants décédés sans baptême n'a pas été lavée du péché originel, ils ne peuvent accéder au paradis. Mais comme ils n'ont encore rien fait de mal, ils n'ont pas leur place en enfer.

Les limbes sont définies au XIIIème siècle, sans emporter l'adhésion de tous, et particulièrement des mères désespérées de perdre un enfant en bas âge sans avoir le réconfort de le savoir au paradis.

Malgré le recul de la mortalité infantile, le sujet reste d'une actualité brûlante pour l'Eglise catholique, confrontée à la pratique de l'avortement et à la baisse constante du nombre de baptêmes d'enfants.

La commission théologique internationale s'était saisie du dossier dans son programme de travail des années 2004-2005.

Voilà!

10 commentaires:

Blue a dit…

Bonne affaire de réglée. Je suis contente de voir que l'Église est capable de remettre des concepts en question et de relativiser les choses. D'autres religions feraient bien d'en prendre de la graine!

Beo a dit…

Blue * J'admire aussi, particulièrement quand il s'agit d'ajouts. Si ça a pu s'ajouter... ça peut s'enlever!

Quand la majorité des gens avaient peur de la succession de JP2 par le cardinal allemand, j'arrêtais pas de dire qu'on allaient avoir des surprises, positives: en v'la une! ;)

tofsi a dit…

De mère catholique et de père protestant, je n'ai jamais étée baptisée!
Je ne suis plus un bébé ou une enfant. Je risque quoi, alors?
Bref, je trouve bien que l'église évolue un peu.
Je ne connaissais pas la tradition du baptème et des limbes. Et il y a certainement bien d'autres choses que je sais pas.
J'espère voir un changement de politique de la part du vatican sur le préservatif, ça ça serait aussi une vraie avancée.

Beo a dit…

Tofsi * Tu sais au Québec; c'était catholique romain mur à mur, ou presque. À l'école primaire, on apprenaient le petit catéchisme par coeur. Les 7 péchés capitaux et tout le tintouin, y compris les Limbes.

À l'adolescence ma rébellion a surtout consisté à "faire affaire avec Jésus directement"; ce n'était pas une grande rébellion et je m'en suis tenue à ça.

J'avoue avoir eu une grande implication à la vie de l'église quand mes gamins étaient petits, sous forme de guide. Aussi en chantant à l'église.

Pour le reste: j'ai toujours respecté les religions différentes.

Les mariages mixtes comme celui de tes parents ne doivent pas être chose rare en Suisse non?

Marchello a dit…

Béo, la grande nouvelle, comme l'a si bien soulignée Blue, c'est que l'Église ose remettre en question ses concepts. C'est un petit caillou dans l'océan et j'aimerais bien savoir si ce concept des limbes en était un de conciliaire.

C'est que notre sainte mère l'Église Catholique, de droit divin, a une loi qui dit que tout se qui se décide en concile, sous l'inspiration de l'Esprit-Saint, ne peut être remis en question.

C'est ainsi que les non-croyants, les juifs, les hérétiques et tout les non-catholiques sont voués aux enfers de la damnation éternelle depuis le concile générale de Florence aux 15e siècle, sauf s'il rejoingnent ladite Église avant leur mort.

L'Église Catholique souffre de grave prétention et elle se doit de remettre en question toutes les nombreuses imbécilités qu'elles a pondues aux cours des siècles et ça presse. Un grand acte de d'humilité pour retrouver sa crédibilité.

Beo a dit…

Marchello * Je ne crois pas que la création des limbes fut faite lors d'un Concile, pas plus que son abolition.

C'est dire combien c'est possible de changer les choses hein!

Tu as bien raison de mentionner la prétention hélas bien courrante au sein de l'Eglise; -c'est pas un péché-?

Mais contrairement aux autres interdits; je ne crois pas que l'abolition pure et simple des limbes fasse les manchettes de par le Monde!

Sugus a dit…

Cette histoire de limbes fait sourire les protestants qui souvent baptisent les adultes. Cela dépend en fait du sens que l'on donne au baptême. Dans la Bible il n'est jamais question de baptême d'enfants, seuls les adultes étaient baptisés.

Beo a dit…

Sugus * Ce qui rejoint mon feeling de tout et n'importe quoi.

Un bébé tout neuf: juste pas lavé du péché originel... un aberration en soi!

tofsi a dit…

je ne me suis jamais intéressée à la religion des parents de mes amis donc je ne peux pas te dire si les mariages mixtes sont très courant ou non... je pense que oui mais bon.

Pour mes parents les choses ont été très complexes avec l'église catholique. Le prêtre (curé ou je ne sais quoi)tenait à être présent (donc ils se sont marié devant un prêtre catho et un protestant) et le catho les avaient obliger à urer et/ou signer un papier comme quoi ils batiseraient leur enfants catho. Mais mes parents n'étant pas plus croyants que ça ont choisi de nous laissé le choix de notre religion. Gamine j'ai du suivre les cours catho et protestant, j'ai tout mélanger!
aujourd'hui, je croix en une idée générale d'un "Dieu" qui nous soutient depuis en haut (comme dans quasi toutes les religions) et j'ai une vision de la mort qui diffère beaucoup du paradis et qui se rappproche aux croissances africaines. Sacré mélange..

Beo a dit…

Tofsi * Oui tout un mélange mais t'as tout eu pour te mélanger aussi!

De nos jours, plusieurs parents laissent le choix aux enfants question baptême. J'ai assisté une fois à un baptême de préados et c'était tout aussi émouvant comme cérémonie.