jeudi, janvier 10, 2008

J'espère...

J'espère que mes lecteurs québécois ne sont pas trop incommodés par les fortes intempéries liées au redoux qui n'est pas exceptionnel en soi... ce qui est exceptionnel; c'est plutôt les quelques 200cm de neige tombés auparavant.

De forts vents ont causé tout plein de pannes d'électricité aussi.

Parfois... je m'interroge au sujet de tous ces désagréments qui, pour finir... ne font pas partie de notre quotidien au Québec mais qui font partie des impondérables. Impondérables qui font que... notre légendaire savoir vivre-lire joie de vivre-, n'est-il pas lié à tous ces désagréments qui pourraient être qualifiés de catastrophes sauf que nous... on transforme ça en solidarité!

Pour chaque mauvais moment vécus; il existe des milliers d'histoires d'amour humaine!

J'adore et je nous aime tant!!!

Pour pousser le génie un peu plus loin... suffit de regarder le dessin d'YGRECK!

10 commentaires:

Danaée a dit…

Ouin. Disons qu'on a aussi eu le VENT!

On a tout un drôle d'hiver, c'est bien vrai! Mais tu as raison: ces "impondérables" font partie de notre vie, au Québec. Et ça entre aussi dans notre façon d'être. Moi aussi, je "nous" aime! :)

looange a dit…

Quand à Victoriaville, (enfin pas nous personnellement) certains secteurs étaient en état d'alerte à cause de la rivière Nicolet. Mais ce matin tout était rentré dans l'ordre. Pour les vents, on a plusieurs papiers dans la cours à cause du vent et Bianca est tombée plusieurs fois sur les fesses lol. Pas super solidelol

Beo a dit…

Danaée * J'espère que ça va se calmer aujourd'hui, partout!

À force de regarder des reportages sur les 10 ans du verglas, et pourtant je n'ai pas été touchée moi en Gaspésie à ce moment-là, puis de voir votre hiver depuis la première tempête et hop déjà au gazon par endroits mais oufff... que d'eau!

J'ai donc fait le lien parce que je trouve qu'on se pose pas de questions très longtemps dans ces moments: on va vers les autres pour aider si on peut. ;)

Beo a dit…

Looange * J'ai vu des images de victo hier et votre maire, hihihihihi!

Et Sorel hier... l'eau si loin qui a endommagé plein de maisons! J'ai une tante qui a une maison de campagne par là.. je me demande si elle fait partie des sinistrés :(

Moi-même hier matin; j'ai failli me retrouver comme Bibi: tout était glacé et juste pour gratter les vitres de l'auto... je devais patiner et faire très attention! Mais c'est rien ça... he he!

Alcib a dit…

Comme j'habite au sixième étage d'un immeuble du centre-ville, que je n'ai pas de voiture et pas besoin de sortir tous les jours, il n'y a vraiment pas grand-chose qui me touche personnellement ; qu'il fasse tempête, qu'il y ait abondantes chutes de neige, vents forts ou inondations, ça ne me touche pas personnellement. Mais je constate en regardant les nouvelles que ça cause parfois pas mal de problèmes dans certaines régions. Et ça complique souvent les déplacements de ceux qui doivent circuler...
C'est vrai que les catastrophes favorisent la solidarité (il ne faudrait pas que nous en venions à avoir plus souvent des catastrophes pour nous rendre plus humains).
Même une abondante chute de neige, je m'aperçois que cela peut favoriser les conversations entre des personnes qui ne se parleraient pas du tout sans cela.
En 1998, lors de la crise du verglas, le quartier avait été privé d'électricité durant 3 jours ; je n'en ai pas vraiment souffert. La température dans l'appartement était autour de 12 degrés et nous avons, les perruches et moi, bien supporté cette période.
Pour avoir du café chaud, le matin, j'allais déjeuner dans un restaurant grec du quartier qui n'avait pas d'électricité, mais au moins il y avait les cuisinières au gaz qui permettaient de faire du café et de servir des repas chauds. Le reste du temps, je me débrouillais avec les boîtes de thon, des légumineuses, du fromage.
Là encore, il y avait des communications sympathiques entre personnes qui ne se connaissaient pas. Les snobs d'Outremont étaient dans le même bateau que les employés de bureau ou les ouvriers du quartier et, autour du café, tout le monde participait à la conversation sans distinction de classe ;o)

Beo a dit…

Alcib * On appelle ça être autonome mon cher Alcib! C'est cool de ne pas être dépendant de TOUT, surtout qu'il y a des gens qu'une simple panne téléphonique fait sombrer dans le plus grand désarroi!

Je donne ça comme exemple ;)

Puis, je mentionnais ça dans mon billet parce que ça m'a frappée. J'imagine facilement les gros bonnets d'Outrement bien heureux d'avoir du café chaud eux aussi, hihihihihi!

On manque rarement, pour ne pas dire jamais, d'électricité ici. Je crois que ça a dû arriver 2 fois en 10 ans! On serait vraiment mal pris par exemple... avec les portes électriques, etc!!!

dieudeschats a dit…

C'est hors sujet je m'en excuse, mais tu m'intrigues avec tes navets québecois... ça ne ressemble donc pas à ça, chez vous ?
http://data-allocine.blogomaniac.fr/mdata/6/2/6/Z20060211021031687892626/img/navet.jpg

Beo a dit…

Dieudeschats * Sur cette photo, à mon avis: c'est un rutabaga à chair blanche. J'ajouterai que pour moi son goût est insipide.

On voit très bien la chair blanche sur ces photos:

http://www.linternaute.com/femmes/cuisine/recette/314298/1211662999/sculpture_de_legumes_fleur_en_navet.shtml

Tandis que le navet dont je cherche désespérément une photo sur le Web depuis 30 minutes.... est plus gros en général et sa chair est dorée à l'état cru et d'un beau ocre après cuisson. Il a un goût assez fort mais à la fois sucré.

APPEL à tous si jamais quelqu'un pouvait me photographier des navets canadiens: ça ferait aussi mon bonheur, de leur revoir la bette :)

dieudeschats a dit…

Ah ça pour le goût, c'est pas terrible... mais je suppose qu'il doit exister d'autres variétés de navets, et que celle-ci est simplement la plus commercialisée/industrialisée :(

Une amie me racontait que son délice d'enfance était les navets panés que lui faisait sa grand-mère. J'ai essayé de faire pareil, ben on n'a pas réussi à tout manger tellement c'était pas bon :-s

Beo a dit…

Dieudeschats * Chez moi quand j'étais petite, le navet était aussi populaire que la patate et la carotte.

Je le mangeais autant cru, en bâtonnets, que cuit et réduit en purée avec ou sans patates, parfois c'était patates/carottes/navet.

Aussi en salade, ces trois légumes râpés ou en spaguettis.

J'ignore si c'est aussi populaire maintenant que je ne suis plus au Québec!