dimanche, octobre 05, 2008

Ohhhhhhh! Soleil, soleil!

Après avoir dégusté une bonne raclette samedi, je me suis fait une soirée cinéma. La nuit qui tombe tôt me donne envie de bien m'installer au chaud dans ma berceuse et de voir un bon film. Une nouveauté de mon site de location dont je vais faire l'essai prochainement, c'est d'avoir une liste à partir de mes coup de coeur en donnant une priorité aux films que je tiens absolument à voir avec une quote décroissante pour les autres.

Alors, au lieu d'attendre qu'ils aient réceptionné mes DVD pour faire les choix de ma prochaine commande, ils procèdent automatiquement selon mes films prioritaires et les disponibilités de ceux-ci. Une liste aléatoire quoi!

On verra ce que ça donne. J'ai juste peur que ça bousille mes 2 séries cultes! À suivre...

Pour samedi ce fut Sunshine:


En cette année 2057, le soleil se meurt, entraînant dans son déclin l'extinction de l'espèce humaine. Le vaisseau spatial ICARUS II avec à son bord un équipage de 7 hommes et femmes dirigé par le Capitaine Kaneda est le dernier espoir de l'humanité. Leur mission : faire exploser un engin nucléaire à la surface du soleil pour relancer l'activité solaire.
Mais à l'approche du soleil, privés de tout contact radio avec la Terre, les astronautes perçoivent un signal de détresse en provenance d'ICARUS I, disparu sept ans auparavant.
Un terrible accident les contraint à modifier leur trajectoire. Ils doivent désormais lutter pour rester en vie, ne pas sombrer dans la folie, mais avant tout pour mener à bien leur mission essentielle pour l'avenir de l'humanité.

Au début on se dit qu'il n'y a rien de bien nouveau, le thème ayant déjà été exploité dans plusieurs productions. Les images sont soignées et l'attraction pour la lumière vive du soleil est presqu'une drogue pour le psychiatre de l'équipage.

Il faut se dire que sur Terre, cette lumière n'existe plus et qu'ils vivent en éternelle nuit polaire.

Les différents affrontements dûs à l'exiguïté des lieux sont prévisible mais bien menés.

La découverte du vaisseau précédent qui est perdu depuis 7 ans est prévisible aussi. Par contre la dimention spirituelle qui donne le ton à la fin est toute nouvelle. Je n'en dirai pas plus.

Pour ma part tous les acteurs m'étaient inconnus. J'ai passé une excellente soirée, j'ai particulièrement aimé la trame sonore.

4 commentaires:

Christophe Berget a dit…

Je ne connais pas ce film.

Beo a dit…

Christophe * Je me demande si ça a été distribué en salles, je n'en ai aucuns souvenirs.

Sinon j'ai bien aimé l'ensemble qui est très bien mené.

speedy80 a dit…

en Suisse il est resté 1 semaine sur Lausanne. après en avoir lu la critique sur le web je l'ai acheté en dvd et j'ai beaucoup aimé! la fin est bien trouvée, pas en happy end habituel aux usa ;)

Beo a dit…

Speedy80 * Merci du renseignement. Une semaine c'est court non?

Moi aussi je trouve le traitement original, pour finir; ça devient un cinéma découverte ;)