dimanche, août 31, 2008

Le scaphandre et le papillon...

Mais qu'elle belle fin de semaine! Pas trop fatiguée physiquement du travail, une belle pause à la plage vendredi, ce samedi plus que relax à profiter du soleil au balcon en avançant dans mon livre et surtout dans un calme ambiant exceptionnel!!!

Petites grillades de chipolatas à l'érable accompagnés d'une bonne salade verte, d'olives et de bettes qu'ici ils appellent salade de betteraves rouges ;)

Puis après une hésitation post repas du soir... j'ai opté pour le visionnement d'un DVD. Dommage que le soir tombe plus rapidement parce que j'aurais fait au balcon. Je me suis donc installée à la chambre, dans ma berceuse, pour regarder, Le scaphandre et le papillon.

Le 8 décembre 1995, un accident vasculaire brutal a plongé Jean-Dominique Bauby, journaliste et père de deux enfants, dans un coma profond. Quand il en sortit, toutes ses fonctions motrices étaient détériorées. Atteint de ce que la médecine appelle le "locked-in syndrome", il ne pouvait plus bouger, parler ni même respirer sans assistance.

Dans ce corps inerte, seul un oeil bouge. Cet oeil, devient son lien avec le monde, avec les autres, avec la vie. Il cligne une fois pour dire "oui", deux fois pour dire "non". Avec son oeil, il arrête l'attention de son visiteur sur les lettres de l'alphabet qu'on lui dicte et forme des mots, des phrases, des pages entières...

Avec son oeil, il écrit ce livre, Le Scaphandre et le papillon, dont chaque matin pendant des semaines, il a mémorisé les phrases avant de les dicter...

Un grand film oui! J'ai laissé courir un bon moment parce que je me doutais bien que c'était pas un film léger. Plutôt le genre de film où toute notre attention est requise. Il tombait bien ce soir.
Je veut bien au passage souligner le jeu des acteurs, Mathieu Almaric en premier: ouf!!!

Emmanuelle Seigner que j'aime bien aussi. Et bien évidemment Marie-Josée Croze ;)

Le film est à l'image du propos. Dès les premières images, il faut avoir la patience d'attendre des images plus claires, moins dérangeantes visuellement.

Ben quoi... on est dans la peau du paralytique! Faut s'adapter hein!

On fait partie intégrante de son univers. Le monde a basculé pour lui, on peut bien s'adapter un poil non?

Un film vraiment touchant de vérité. Qui me rappelle certaines personnes diminuées dans leur intégrité et avec qui je partage gaiement, régulièrement.

Aussi cet ahurissement de la part de mes collègues au boulot quand elles sont témoins d'une chose dans le genre. Parce qu'elle n'y arrivent pas elles... je peut comprendre mais bon...

Quand on arrive à faire le tout petit effort au départ pour juste considérer ces gens comme complets dans leur intégrité humaine... me semble que c'est pas sorcier? Non?

Le bonus nous montre une entrevue avec Julian Schnabel, un bonhomme vraiment sympathique!

8 commentaires:

Dr. CaSo a dit…

Je vais te dire un truc dingue: autant j'aimerais que tout le monde arrive à faire ça avec moi, autant moi-même je n'y arrive pas toujours avec d'autres personnes qui ont des "problèmes" comme ça. C'est ridicule et je me sens très mal, mais je pense qu'au fond, on a tous un peu d'anxiété face à ce qui est différent...

Alcib a dit…

Je ne dirai rien du film, dont le nom me dit quelque chose et dont l'histoire me rappelle quelque chose, mais que je n'ai jamais vu... Je ne me souviens même plus quand je suis allé au cinéma la dernière fois.
Mon lecteur de DVD ne peut pas non plus se plaindre que je le fais trop travailler. J'ai quelques films en format DVD, que j'ai achetés ou qu'on m'a donnés, mais je n'en ai jamais loué de ma vie. Je ne m'en vante pas, loin de là...

Je suis cependant ravi que ta fin de semaine ait bien commencé et qu'elle se poursuive de la façon que tu aimes.

Il fait un temps superbe à Montréal. Je devrais rester à l'intérieur et travailler un peu mais il fait si beau qu'il serait dommage de ne pas en profiter un peu.

Ne désespère pas : la carte postale annoncée devrait partir au cours de la semaine ;o)

Beo a dit…

Dr.Caso* Oui je comprends et j'ajouterai que je n'y arrive pas toujours hein!

Je me dis que ces personnes ont aussi leur personnalité, dont quelques-unes sont rébarbatives...

Les circonstances et le "feeling" du moment y font pour beaucoup je crois.

En parlant de mes collègues c'est que récemment un petit groupe de 5 handicapés mentaux légers étaient nos voisins de table au resto.

Sans les dévisager je les ai observés durant le repas et c'était tellement mignon! Leur accompagnateur était génial et il ne manquait pas une occasion de les mettre gentiment au défi avec les gestes de tous les jours. Ex: calculer le prix de leur dîner.

Mes collègues elles... affichaient une mine conscrites et les prenaient en pitié!!! J'avoue que ça m'a un peu énervée...

Beo a dit…

Cher Alcib, loin de désespérer je sais bien qu'un jour je vais avoir LA surprise dans ma boîte aux lettres!

En fait le film est une leçon de courage et de reconstruction de vie pour un sortant du coma totalement paralysé. Histoire vécue svp :)

Tu fais bien de profiter du beau pendant qu'il passe hein!

Puis c'est férié demain alors... tu fais pareil! C'est un ordre! Hihihihihi!

La fin de semaine se termine sous la chaleur encore, avec des petits SMS avec ma grande, un jambon à l'annanas au four et je m'en vais de se pas préparer une grande quantité d'haricots verts à cuire, menoume!!!!

Venise a dit…

Il semblerait bien que les films avec le mot "papillon" soit profond et un peu dérangeant. Comme tu dis, il faut ce moment où l'on se sent solide émotivement pour le visionner. Je le prends en note pour ces moments de ma vie. C'est certainement un beau film.

Ah oui, avant d'aller rejoindre mon fils qui m'attend pour me faire passer un test "Poker", il faut absolument que je te dise que j'aime beaucoup tes colonnes de vidéos, surtout le fait qu'ils bougent régulièrement. C'est très chouette !

Beo a dit…

Venise * Les petites colonnes vidéos c'est une nouveauté de dailymotion que je me suis empressée d'expérimenter, c'est vrai que c'est joli et ça ne prends pas trop de place; ça m'a aussi permis de dépoussiérer un peu le visuel d'ici!

Et alors ce test Poker???

speedy80 a dit…

le film est adapté d'un livre :)
j'ai bien lu le livre mais pas vu le film!

pour les handicapés, j'ai aussi beaucoup de peine lorsque mon entourage ne fait pas attention à ces personnes.
la maman de M. Speedy travaille dans un centre pour handicapés et c'est pas facile tous les jours.
j'ai une amie à Genève qui travaille avec des poly-handicapés, des enfants. et là les gens sont encore moins tolérants. elle s'est déjà faite engueulée parce qu'elle ne «tenait pas comme il faut» les gamins. n'importe quoi...

Beo a dit…

Speedy80 * Oui mais le livre c'est vraiment JeanDo qui l'a écrit non?

En fait c'est son histoire à lui.

Il faut énormément de patience et d'amour pour travailler avec ces petits ou même des plus grands, si en plus les gens sont nuls au point d'engeuler ces intervenants qui mettent tout leur coeur à l'ouvrage; grrrrrrrrrrrr!