vendredi, août 08, 2008

Blunt Les treize derniers jours.


Je viens de lire la suite de L'homme trafiqué et de La femme trop tard. C'est pratiquement une année plus tard que je me replonge dans l'univers de Pelletier.

Ce sont tous des nouveaux personnages sauf la directrice de l'Institut qui a vu le jour dans le 2e volume. Cette instance ultra-secrète est encore au coeur de l'aventure qui de Venise au départ nous emmène à Montréal, Moscou, Paris et Washinton.

Pelletier est vraiment un maître du thriller et malgré que la lecture coule de source, on sait vraiment le fin mot... à la fin! J'adore!

Maintenant, j'hésite à savoir si je me paye un Senécal ou bien Auster peut-être?

4 commentaires:

Looange a dit…

Tu seras pas déçue par Senecal !!!!!!! Ça je te le garanties :) Sauf que moi Pelletier, j'ai du mal. Alors peut-être n'aimeras-tu pas Senecal :) Moi je les aime tous Senecal. :)

Beo a dit…

Looange * J'ai quelques Senécal de lus et j'avoue qu'entre Pelletier et lui: je préfère le style de Pelletier.

Peut-être parce qu'il brasse moins en dedans.

Senécal, faut s'accrocher et filer pour parce qu'il va chercher très loin les émotions, aux tripes... et ça normalement: j'évite.

Mais avec lui: c'est trop bon, hihihihi!

Suzanne a dit…

Il y a fort longtemps que je me dis: «Faudrait bien que je lise Jacques Pelletier depuis l'temps qu'on m'en parle». Bien voilà ton avis m'a convainque. Merci

Ps. J'ai osé déposer votre lien sur mon humble blog, s'il y'a quoi que ce soit vous me dites et je retire.

Beo a dit…

Bonjour Suzanne et bienvenue par ici!

Pelletier est vraiment un auteur étonnant qu'il vaut la peine de découvrir oui.

Je suis allée me balader un peu sur votre blog; j'y retournerai pour vraiment l'explorer.

Bonne journée!